Les Céréales, sont-elles nos ennemies pour la vie ?

Première Partie : les amidons et les anti-nutriments

Les céréales sont composées d’amidon (sucre complexe) et de protéines (gluten) mais aussi d’anti-nutriments (lectines et phytates).

Dans cette première partie nous allons nous concentrer sur les sucres (amidons) et les anti-nutriments.

La digestion des amidons

Les amidons sont des sucres complexes que le corps doit découper en sucres simples pour pouvoir les assimiler.
Il va donc devoir fabriquer des enzymes (salive et pancréas) pour aider à découper ces chaînes de sucres en petites molécules assimilables.

Le problème qui se pose dans notre société moderne, c’est que nous avons explosé notre consommation de céréales depuis un peu moins de 100 ans. Alors que nous sommes tout à fait capables de digérer de petites quantités de céréales, nous voici contraint à en manager des quantités astronomiques.

Encore une fois, je me tue à le répéter, c’est la dose qui fait le poison et nous en avons encore une illustration avec la consommation actuelle de produits céréaliers.

Comme nous inondons en permanence notre système de sucres complexes, nous dépensons beaucoup d’énergie pour tenter de le digérer. Pourtant, notre population n’a jamais été autant en manque de vitalité qu’aujourd’hui.
La faute à notre sédentarité, nos modes de vie décousus et totalement à l’inverse des rythmes circadiens, nos expositions permanentes aux écrans et la lumière bleue, notre stress chronique, etc.

Notre manque de vitalité ne permet pas de produire une quantité suffisante d’enzymes pour découper les amidons en petites structures.

Que se passe-t-il ?

Notre corps saturé de ces produits ne sait plus comment les digérer et les sucres non découpés restent en stagnation dans notre intestin.
Ils ne sont pas digérés, ne sont pas assimilés et fermentent.
Ce qui provoque : gaz, ballonnements, inconfort dans un premier temps, etc.ballonnement, céréales,
Qui dit fermentation, dit production d’alcool qui passe dans le sang.
Voilà un joli cocktail qui favorise la confusion mentale et la somnolence.

Mais ce n’est pas tout ! Étant donné que la digestion est ralentie et que ces sucres encombrent notre intestin, ils se développent une kyrielle d’organismes parasites et friands de ces sucres : les levures, et les bactéries (Ex : le candida albican).

On sait bien que chaque organisme vivant a besoin de se nourrir et du coup produit par la même occasion des déchets. Nos levures et bactéries citées plus haut n’y échappent pas !
Elles produisent aussi alors de l’Acétaldéhyde (dégradation sous forme d’alcool) et de l’acide sulfurique qui vont acidifier notre organisme.

Le plus pernicieux c’est que ces organismes vont favoriser les comportements addictifs vis-à-vis des céréales et du sucre en général, pour continuer à se nourrir et pouvoir vivre au sein de notre microbiote.

Nous voici donc avec une addiction au sucre en prime de tous les désagréments cités plus haut.

La digestion des anti-nutriments

Les phytates et les lectines ne sont pas similaires mais ont un objectif commun : éviter que la graine ne soit digérée pour pouvoir être expulsée dans les selles et être semée plus loin.
Les lectines inhibent les enzymes digestives pour que les grains restent intacts et les phytates ralentissent l’absorption des minéraux.

Une solution simple pour contrer les effets des anti-nutriments est comme tu le sais, de faire tremper ses graines dans de l’eau. Cela vaut aussi pour les amandes, noix, etc.
Un autre intérêt de cette méthode va être d’amorcer la décomposition des nutriments et les rendre plus rapidement assimilables par l’organisme.
Ce qui veut dire moins d’énergie dépensée à la digestion et moins de stagnation dans l’intestin.

Ceci n’est que la fin de ce premier article.
Dans le second, tu découvriras pourquoi on parle autant du gluten.

Un avant-goût ci-dessous

 

La digestion des protéines

Le gluten est le grand méchant de l’histoire, ou du moins celui qui fait couler beaucoup d’encre actuellement.

On le retrouve en grande quantité dans le blé, mais au-delà du fait que nous consommons beaucoup plus de gluten que notre corps ne peut en traiter, il faut aussi se souvenir que notre agriculture a beaucoup changé depuis 60 ans et que nous nous retrouvons avec des végétaux hybrides.

En effet, les industriels ont mis au point des blés qui permettent une panification plus rapide et surtout un aspect gonflé très aérien, avec moins de phase de repos.

Comment obtient-on cela ? … (Suite prochain post)

(Visited 39 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :