Le Jeûne Intermittent n’est pas un régime

Mais il aide considérablement à perdre ou stabiliser son poids de forme

On a souvent entendu que réduire ses apports caloriques et bouger plus étaient la seule et unique méthode pour maigrir.

Qu’il fallait compter ses calories et que notre corps était fait de mathématiques.

Dans l’esprit collectif, une calorie en moins c’est autant de calorie que le corps doit aller chercher dans nos propres stocks.

C’est F A U X !

jêune intermittent, fasting

Il est vrai que cette théorie (CICO : calorie In, calorie Out – pour les mecs qui parlent anglais) a été largement soutenue par les médias, les coachs de fitness et les médecins.

Et après tout, cela semble tellement logique, que c’en est presque imparable.

Hors, tout ce joli monde a oublié les bases qui constituent notre façon de fonctionner.

Qu’est-ce que le mode famine ?

Le corps se met en mode famine, lorsqu’il n’a pas assez d’apport énergétique et nutritionnel pendant une longue période.

C’est à dire que lorsqu’on réduit ses apports alimentaires, tout d’abord on maigrit. Si en plus vous incluez des séances de sport exigeantes, vous allez littéralement fondre (c’est comme ça que fonctionne la majeure partie des régimes miracles d’avant l’été).

Ensuite vous allez manger entre 4 et 6 fois par jour des mini-repas, parce qu’on vous dit que c’est comme ça qu’on déstocke.

Vous mangerez principalement des protéines cuites à la vapeur ou grillées et des légumes à l’eau ou des crudités.

Les graisses seront utilisées en très petites quantités car elles font peur et ont été diabolisées depuis plus de 60 ans.

Enfin, on vous demandera de peser et compter vos aliments.

J’explique dans un autre article pourquoi il ne faut pas avoir peur des graisses et en quoi elles sont indispensables à la perte de poids.

MAIS

Au bout de quelques semaines à tourner en hypocalorique, vous allez reprendre le poids perdu, puis des kilos supplémentaires (c’est l’effet yoyo – pour les mecs qui sont restés en enfance).

Vous allez vous dire “bon sang, je mange trop, je vais faire plus de sport et manger moins” et là vous allez ⇢ direct dans le mur.

Déjà parce que psychologiquement c’est intenable et surtout ultra déprimant.

Ça génère des troubles du comportement alimentaire (hyperphagie, anorexie, orthorexie, compulsion, etc).

Enfin parce que vous allez mettre votre métabolisme de base en mode sous-régime et qu’ensuite la seule vue d’une gaufrette même light, même sans gluten, vous fera prendre 12 kg.

C’est ça le mode famine et c’est pas cool du tout.

Comment fonctionne le jeûne ?

Il agit comme un reboot de votre métabolisme et de toutes vos fonctions.

Il vous replace dans la configuration d’origine, un peu comme quand vous formatez un disque dur.

C’est un formidable outil de régénération que les humains ont toujours utilisés sauf depuis quelques années, influencés par les pubs, les médias et l’industrie qui souhaitent tellement que nous consommions leurs produits (et beaucoup de leurs produits si possible c’est mieux).

  • Qui n’a pas sauté de repas après les agapes de Noël ou du jour de l’an ?
  • Pourquoi les enfants refusent de se nourrir quand ils sont malades ?

Le jeûne est inscrit dans nos gênes, un point c’est tout.

De plus, contrairement au régime hypocalorique, vous n’allez pas jeûner pendant 90 jours mais comme la plupart des personnes, commencer par du jeûne intermittent (JI pour les mecs qui aiment les abréviations ou fasting pour les mecs qui se la racontent en anglais, voir intermittent fasting pour les mecs qui sont dans le mood).

Ce qui se matérialise souvent par sauter le petit déjeuner et ne manger qu’au déjeuner, et voilà TADAM !!! 12-16 h de jeûne dans la vue (que vous avez passé principalement à dormir), si c’est pas de la facilité, ça confine quand même à l’aisance non ?

Et pour les plus foufous, vous allez même vous essayer au 18-20 h voir 24 h de jeûne !

C’est à dire que vous mangez une fois par jour (OMAD : one meal a day pour les mecs qui ont du swag).

Votre corps pendant ces phases de repos digestif, va en profiter pour s’occuper de son job à plein temps, c’est à dire maintenir l’équilibre (l’homéostasie pour les mecs qui sont super pointus) et vous maintenir en bonne santé (réparer les petits bobos, pour les mecs qui ont tout pigé).

La cerise sur le gâteau, c’est que vous allez avoir plus d’énergie (ben oui, puisque vous avez arrêté de solliciter votre système digestif) et que vous pouvez faire du sport sans crainte et c’est même recommandé (pour éviter de penser à bouffer tout le temps déjà hein ! je vous connais !).

Enfin vous allez arrêté d’énerver votre insuline toutes les 2 heures et votre corps va enfin pouvoir commencer à déstocker les graisses des cellules pour pouvoir s’auto-alimenter.

Résultat : vous perdez du poids que vous ne reprenez pas !! CQFD

 

Pourquoi le jeûne n’est pas identifié comme de la famine par notre corps ?

C’est là qu’est toute la subtilité du savoir, quand, pourquoi et comment mettre en place un jeûne.

À mon sens, on devrait se mettre au jeûne uniquement si on sait faire la différence entre faim, envie de manger, et satiété.

Cependant, il est possible même sans être super à l’aise avec ces concepts d’y arriver sans impacter son métabolisme, pour peu qu’on se soit un peu documenté et conseillé auparavant ou qu’au mieux on se fasse suivre.

Mais si vous souffrez de troubles alimentaires, il faut absolument régler les problèmes psychologiques liées à la nourriture avant d’entrer dans cette démarche.

Parce que c’est troubles vous induiront en erreur sur vos ressentis et vous mènerez votre jeûne comme un combat ou un challenge au lieu de le faire dans la bienveillance et le bien-être de votre corps et de votre mental.

Lorsqu’on jeûne, on doit être à l’écoute, j’ai même envie de dire à l’affût. C’est à dire savoir s’abstenir de jeûner ou savoir couper son jeûne quand la faim est bien réelle et présente.

Je parle bien de la faim et non l’envie de manger ou de mâcher, qui sont souvent confondues.

Cela n’est possible que lorsqu’on est confiant et bien en phase avec soi-même.

Vous commencez donc à comprendre un peu mieux pourquoi pas mal de jeûneurs sont aussi adeptes de la méditation et du yoga.

Si je résume, lorsqu’on est assez autonome, on sait qu’il ne faut pas se refuser de manger même si le jeûne n’est pas terminé. À contrario, on sait aussi si on peut continuer le jeûne lorsque tous les signaux sont au vert.

Voilà aussi pourquoi, le corps ne confond pas le jeûne et le régime hypocalorique.

Tout simplement parce qu’on va répondre à ses besoins en temps et en heure en lui apportant la quantité ET la qualité nécessaire à son bon fonctionnement.

Et tout ceci n’a rien à voir avec un quelconque comptage de calories, ou de pesées de nourriture.

le premier vrai travail pour opérer un changement profond et pérenne de son corps, c’est de s’éduquer à écouter et comprendre les signaux qu’il nous envoie.

 

Super je vais pouvoir me gaver comme une oie après 😈

Reste à faire attention à ne pas se venger sur les repas. C’est à dire que si vous vous mettez en mode Kubiac après 18 h de jeûne, c’est qu’il y a un problème.

Surtout si vous vous jetez sur des aliments riches en glucides, surtout si ces glucides sont à index glycémique élevé.

Quelques raisons qui font que vous râtez votre reprise alimentaire :

jeûne intermittent, fasting

  • Soit vous êtes déjà mince voir un peu maigre à la base et votre corps est en stress et manque de nutriments.
  • Soit Psychologiquement vous étiez en panique et avez besoin de vous rassurer (non vous n’allez pas manquer, ce n’est pas la guerre rassurez vous).
  • Soit vous ne ressentez pas la satiété et intellectualisez trop vos repas au quotidien.
  • Soit cet effort était trop surhumain pour vous et vous l’avez très mal vécu.
  • Soit vous êtes totalement junkie du sucre et là va falloir avoir une autre approche…

C’est pourquoi, avant de mettre en marche le formidable outil du jeûne, il faut absolument être en phase psychiquement et physiquement.

Un accompagnement sous forme de coaching, ou par le biais de groupes déjà aguerris, d’un naturopathe, ou d’un hygieniste, voir d’un maître de jeûne au travers d’un stage, vous permettra de poser toutes les questions qui vous taraudent et vous rassurez sur certains ressentis pendant le jeûne. Attention toutefois aux arnaqueurs qui se disent maître de jeûne et n’en sont pas vraiment.

Une fois que vous aurez sautez le pas, vous aurez envie de prolonger l’expérience, car il se passe des choses miraculeuses au 3ème jour de jeûne (on en reparlera).

Enfin, il est à noter que les personnes qui suivent l’alimentation cétogène en viennent tout naturellement au JI, OMAD, et jeûne plus ou moins long, au bout d’un certain temps car leur corps ne fonctionne plus avec la filière glucidique et comme nous avons des réserves quasi inépuisables de graisses dans notre corps, ce dernier, ne réclame plus aussi souvent d’être approvisionné.

Il se débrouille donc tout seul, une fois que ses micro-nutriments sont pourvus.

En conclusion

Les régimes hypocaloriques et la théorie des CICO (Calorie In Calorie Out) ont fait leur temps. Ces modes oublient que notre corps n’est pas seulement qu’un long tube digestif mais qu’il est soumis à plusieurs paramètres dont l’équilibre hormonal, et psychologique.

Elles oublient que la gestion du stress, le rythme de nos vies et le sommeil sont parties prenantes de l’état de notre silhouette et de notre santé.

Elles nous résument à une équation simpliste alors que nous sommes des êtres entiers, complets et complexes et que chaque individu est unique (même si nous avons tous les mêmes fonctions de base).

Chaque être a un passé, un chemin de vie qui l’ont amené là où il en est au jour J.

C’est avec tous ces paramètres qu’il faut composer pour trouver la solution et le bon mode de fonctionnement, celui qui respecte notre nature profonde.

Apprenons ensemble à ne pas négliger les signaux de notre corps, et aidons-le en le respectant.

(Visited 62 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :