Le Lait : OUI ou MERDE !

On consomme du lait depuis environ 12 000 ans.
Le lait de vache est celui qui aurait été consommé en premier et est venu ensuite celui des petits animaux.

Alors pourquoi est-il actuellement autant décrié ?

Lait, bienfaits, inconvénients, intolérance

Tous les laits, sont-ils identiques ?

Diriez-vous qu’un grand cru est équivalent à une piquette ?
Et pourtant, ces deux breuvages sont du vin.
Il en va de même pour notre lait.
D’ailleurs, cela serait une bonne idée d’avoir des classifications pour le lait comme on en a pour les œufs.
Cela ferait prendre conscience pour le moins, qu’il existe différentes catégories pour un même produit et que ce produit n’a pas les mêmes impacts, ni les mêmes intérêts en fonction de sa classification.

Mais je m’égare…

1- Les méthodes de conservation

En fonction de sa production et de sa conservation, la composition nutritionnelle du lait ainsi que ses propriétés organoleptiques vont changer du tout au tout.

Vous aurez moins de vitamines, de protéines et de lipides dans un lait UHT par exemple.
Le goût de ce lait sera standardisé, un peu comme quand on consomme des surgelés ou des conserves.

L’UHT, la Pasteurisation, l’homogénéisation, le micro-filtrage, changent considérablement les nutriments du lait, ainsi que notre capacité d’absorption et de tolérance.
Ils en font un aliment ultra-transformé très loin de sa composition et ses bienfaits de base.
Lors du chauffage, les protéines se lient au lactose (sucre du lait) et le résultat de ce traitement est la réaction de Maillard.
Fameuse réaction qui permet d’obtenir la croûte sur le pain, le grillé sur la viande, etc.
Réaction qui produit des acrylamides hautement cancérogènes et difficiles à digérer.
Vous aurez compris, le lait traité thermiquement est un aliment pro-inflammatoire, dépourvu de micro-nutriments sains et dont les macro-nutriments (protéines, lipides, glucides) sont fortement modifiés et nocifs à la longue pour votre santé.

Les laits UHT, pasteurisés, etc., créer de l’inflammation et de l’intolérance en chamboulant notre microbiote et en fragilisant nos muqueuses intestinales.

Régulièrement, je lis les témoignages de personnes qui sont intolérantes au lait et qui consomment sans problème du lait cru.

Effectivement, cela semble logique. Le lait cru n’a pas subi de modification, c’est un aliment naturel aux multiples vertus.
Dans le cas de la personne citée en exemple, son intolérance a disparu en cure ayurvédique au Kérala.
Lors de sa cure, elle consommait des produits laitiers de très hautes qualités.
En rentrant en France, son intolérance est réapparue…
Là où je conseille d’être vigilant, c’est sur la traçabilité et surtout savoir comment ont été nourries les vaches laitières.

2 – La ou LES caséines ?

Dis-moi comment tu nourries tes vaches et je te dirai si ton lait est consommable !

Nous avons parlé des méthodes de conservation, mais il y a d’autres facteurs qui sont intéressants à considérés dans le lait.
C’est le cas de la caséine, cette fameuse protéine qui se scinde en 2 types.
Avant notre ère industrielle, les vaches élevées naturellement produisaient du lait avec une caséine de type 2.
Puis l’industrialisation a fait son chemin, et pour des raisons de production, de rentabilité et de marché, les races de vaches ont été croisées et leur alimentation chamboulée.

Le lait produit par ces vaches contient de la caséine de type 1.
Vous l’aurez compris, la caséine de type 1 est difficilement supportée par les humains, car nos enzymes digestifs ne sont pas conçues pour cette récente transformation.
Il en résulte des problèmes récurrents pour les personnes intolérantes de type diarrhées, flatulences et douleurs abdominales.
Certaines études récentes (Source : US national Library of Médecine National Institues of Health / 2015) suspectent même que cette caséine serait à l’origine du diabète de type 1.
En revanche la caséine de type 2 ne provoque pas d’inconfort digestif, ni d’inflammation ou d’intolérance.

Lait, bienfaits, inconvénients, intolérance

Comment faire en France pour consommer du lait de bonne qualité ?

Comme pour le reste de vos aliments, tenez-vous éloigné des produits fabriqués industriellement et en quantité astronomique. Ils sont systématiquement de mauvaise qualité.
Le lait produit par les vaches jersiaises (vache dont la race est identique à celles de nos ancêtres) contient de la caséine de type 2.
Enfin, j’ai trouvé la marque Gaborit en magasin bio qui propose du lait entier, et demi-écrémé de vaches jersiaises nourries à l’herbe. Dans ce cas, vous pouvez y aller les yeux fermés.
Essayez aussi de questionner vos producteurs locaux à ce sujet et favorisez les filières courtes.
Enfin, ne surconsommez pas le lait, mais faites en un aliment précieux.
Encore une fois, je fais une analogie avec le vin :
Preférez-vous savourez un délicieux vin de temps à autres ?
ou bien
Préférez-vous boire sans vraiment en avoir conscience un vin de table ordinaire ?

3 – Le lactose est le coupable ?

Après la caséine et son assimilation, passons à la tolérance au lactose.
Selon le lieu où vous habitez depuis des générations, vous serez plus ou moins tolérant au lactose.
Si nous sommes encore sur terre à l’heure actuelle, c’est grâce à notre fabuleuse capacité d’adaptation.
Adaptation aux conditions climatiques, aux végétaux et animaux qui nous entourent, etc.

Vous comprenez donc aisément qu’en fonction de son lieu de naissance et de ses origines, il y a des différences notoires de tolérance.
Il est évident que les humains qui depuis des générations boivent du lait, parce qu’ils pouvaient le conserver longtemps, parce qu’ils possédaient un élevage, etc, seront plus à même de digérer facilement le lactose.
Leur corps a produit un enzyme spécial, capable de digérer le lactose parce que leur mode de vie le réclamait.

Il est donc dangereux de faire des généralités, car en fonction de ses origines (même très lointaines), de la qualité du lait consommé et de son profil alimentaire qui est unique, le lait peut être soit un outil de renforcement de l’organisme, soit un outil de destruction de sa santé.
C’est d’ailleurs par mesure de précaution que plusieurs courants diététiques évitent le lait ou le diminuent très fortement.

Ce qui est à retenir, c’est que si vous êtes sensible au gluten, vraisemblablement vous supporterez très mal le lait et ses dérivés, parce que votre microbiote est malade.

Un autre fait intéressant est le pouvoir du lait sur la progression des cellules cancéreuses.
Encore une fois, il est bon de rappeler que le lait de vache est produit pour nourrir et faire grossir un veau, c’est-à-dire de lui faire prendre 400 kg en 1 an.
Il est donc évident que le lait de vache aura un impact sur nos cellules et notre santé.
Je ne dis pas que le lait provoque un cancer, mais qu’il favorisera la croissance de cellules cancéreuses en formation.
C’est aussi pour cette raison que favoriser le lait de petits animaux (chèvre, brebis) est une stratégie judicieuse.

 

4 – Quelques mode de préparations laitières bénéfiques

Il existe une façon de consommer le lait pour en obtenir un maximum de bienfaits.
Je veux parler du Kéfir.
En effet, le Kéfir transforme le lait en fermentant et favorise sa conservation.
Il permet surtout d’ensemencer correctement son microbiote avec de bons probiotiques.
Sachant que ces derniers jouent un rôle majeur dans notre santé mentale, notre silhouette, et notre transit, il est intéressant de se faire quelques cures de kéfir de lait maison dans l’année.

Un autre produit très intéressant d’un point de vue gustative, culinaire et santé est le ghee.
Pour ceux qui sont intolérants au lactose, je vous incite à vous le préparer vous-même.
C’est d’une simplicité confondante et tellement bon que vous ne pourrez plus vous en passer (recette video ici).
La médecine ayurvédique l’a bien compris et stipule même que le ghee est équilibrant pour les 3 constitutions doshiques, que ce soit en le consommant, ou en l’utilisant pour se masser.

Pour ma part, je ne suis pas quelqu’un qui prône les interdits et si le lait ne vous a jamais posé de problème de digestion ou de transit, je ne vois pas pourquoi vous vous en priveriez, pour peu que vous choisissiez un produit au lait cru, produit localement par un éleveur respectueux de ses animaux et qui les nourrie avec leur alimentation physiologique.
En revanche comme pour toute chose, l’excès est toxique.

Des repas complets de fromage comme la bonne vieille raclette d’hiver, m’ont toujours semblé aberrants.

Mais se faire plaisir de temps à autre en choisissant du fromage au lait cru, d’un producteur respectueux de son élevage ; se fabriquer son kéfir pour renforcer son organisme, me semblent tout à fait compatible avec une démarche de Bien-être et qui va dans le Bon sens.
N’oubliez pas : s’interdire, c’est donner les clés à votre mental pour se comporter comme un sauvage et tomber dans les addictions et les troubles alimentaires.

Si vous êtes malade des intestins, si vous avec un cancer ou êtes en rémission, cela va sans dire que dans ce contexte, il faudra éviter les laitages sous toutes leurs formes.

5- Alors le lait OUI ou MERDE !!

Lait, bienfaits, inconvénients, intolérance

Vous êtes dorénavant une personne autonome, intelligente et libérée, je vous encourage donc à lire sur ce sujet, vous forger votre opinion et surtout tester et constater par vous-même.
N’oubliez pas nous sommes tous des individus avec des réactions différentes.

Vous aimez la raclette ? Faites-vous plaisir sans vous en rendre malade, mais limiter à une occasion exceptionnelle. Vous en profiterez beaucoup mieux d’ailleurs.
Vous avez du mal à digérer les laitages, ne vous forcez pas à en consommer sous prétexte que votre médecin vous les préconises pour lutter contre l’ostéoporose.

Vous apprendrez en vous renseignant que les laitages ne soignent pas, ni ne renforcent les os.
Le calcium du lait est mal assimilé et n’a jamais renforcé les os, pour preuve, les pays les plus consommateurs de lait souffrent plus d’ostéoporose que les autres (Chine vs Suède).

Redevenez votre patron et cultivez votre 6ème sens, celui qui vous permet d’être en communication avec votre corps.
Souvent nous mentalisons beaucoup trop notre alimentation et alors que nous voulions bien faire, nous nous retrouvons à ignorer certains signaux d’alerte et mettons en danger notre santé.

BON SENS ET BIEN-ÊTRE feront de vous des personnes LIBRES !

 

 

Sources :

https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2009sa0261Ra.pdf
http://www.fourragesmieux.be/Documents_telechargeables/Cuvelier_C_&_Dufrasne_I_Livret_alimentation_des_VL_2_Aliments_et_calculs.pdf
http://www.tradition-ayurveda.fr/article-les-produits-laitiers-une-controverse-58770788.html
http://acces.ens-lyon.fr/acces/thematiques/evolution/accompagnement-pedagogique/accompagnement-au-lycee/terminale-2012/un-regard-sur-levolution-de-lhomme/evolution-dans-la-lignee-humaine/quelques-aspects-genetiques-de-levolution-des-populations-humaines-homo-sapiens-sapiens/culture-et-selection-naturelle-au-cours-de-lhistoire-des-populations-humaines/lactase/plan-lactasehttps://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64615478
https://www.bmoove.com/dangers-du-lait/

(Visited 85 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :