Les Céréales, sont-elles nos ennemies pour la vie ?

Deuxième Partie : La digestion des protéines

Le gluten est le grand méchant de l’histoire, ou du moins celui qui fait couler beaucoup d’encre actuellement.

On le retrouve en grande quantité dans le blé, mais au-delà du fait que nous consommons beaucoup plus de gluten que notre corps ne peut en traiter, il faut aussi se souvenir que notre agriculture a beaucoup changé depuis 60 ans et que nous nous retrouvons avec des végétaux hybrides.

En effet, les industriels ont mis au point des blés qui permettent une panification plus rapide et surtout un aspect gonflé très aérien, avec moins de phase de repos.

Comment obtiennent-ils de si beaux résultats ?

En boostant la protéines du blé, j’ai nommé le gluten !

 

À ce stade, on a donc un produit qui n’a strictement plus rien à voir avec le pain ou les pâtisseries de nos grands-mères et les effets sur notre santé émergent et finissent par éclabousser l’actualité quasi quotidiennement.

Mais ce n’est pas tout ! Et c’est à ce moment là que j’ai compris pourquoi il m’était si difficile d’arrêter de consommer du pain.

boulangerie, pain, croûte

En effet, le blé contient des opioïdes qui ont le même effet que des endorphines et provoquent de l’addiction, ils sont d’ailleurs, toxiques et neuro-perturbateurs.

Il en existe aussi dans le riz, le seigle, l’orge et le maïs, mais c’est le blé qui en contient le plus.

 

Les pathologies communes liées aux céréales

  • trouble de la personnalité
  • shyzophrénie
  • dépression
  • démence
  • bipolarité
  • problème de la sphère ORL
  • allergie (eczema, rhume des foins, etc)
  • maladie coeliaque

Tu peux noter aussi que ces fameux opioïdes se retrouve dans la caséine du lait et dans le soja.

Voilà un début d’explication aussi pour les addicts aux fromages et autres yaourts.

Cela confirme aussi que lorsqu’on veut éviter les symptômes des pathologies citées plus haut, on associe souvent l’arrêt du gluten avec l’arrêt des produits laitiers.

Petit point sur les modes de cuisson et consommation des céréales

Cela a une grande importance puisqu’une céréales bouillie ne sera pas digérée de la même façon qu’une céréales cuite au four.

En effet, lorsque le boulanger cuit son pain au four, et qu’une belle croûte craquante se forme à la surface, nous sommes face à la réaction de Maillard. C’est ce qui donne ce côté caramélisé aux sucres et qui nous met l’eau à la bouche. C’est aussi ce qui favorise le cancer à longue échéance.

C’est pour cela qu’une personne qui voudra consommer des céréales, devra faire attention à les consommer plutôt bouillies ou à la vapeur.

Qui peut consommer des céréales, Comment trouver des substituts glucidiques ?

Voilà pourquoi il ne faut pas faire de généralités concernant la consommation des céréales.blé, gluten

Certes tu auras trouvé dans mon post pas mal d’arguments contre mais à partir du moment où tu as une forte vitalité, et une digestion optimale, pourquoi te priver du bon goût des céréales ?

Il faut juste veiller à trouver la quantité qui te convient à TOI.

Ce que tu peux faire pour vérifier si les céréales posent problème dans ton alimentation c’est tout d’abord essayer pendant 2-3 semaines de ne plus en consommer.

Par la même occasion coupe le lait et le soja et observe ce qu’il se passe.

  • Peut-être va tu dégonfler ?
  • Peut-être vas tu retrouver de l’énergie
  • Peut-être vas-tu perdre en agressivité
  • Peut-être vas-tu retrouver une grande clarté mentale ?
  • Peut-être vas-tu stopper ton rhume des foins ?

etc…

Si tu constates l’un ou l’autre voir tous ces effet, tu peux te dire que tu es comme 75% des personnes, c’est à dire, sensible au gluten et tu souffres probablement d’une porosité des intestins.

Dans ce cas comment remplacer les céréales, pour ne pas perdre en énergie ?

Deux grandes solutions s’offrent à toi : 

  • soit tu restes sur un mode énergétique lié aux glucides
  • soit tu passes à un mode énergétique lié aux lipides

Dans le premier cas, l’alimentation “paléo” est une bonne option puisqu’elle fait la part belle aux tubercules qui sont riches en glucides moins complexes.

Les patates douces, l’ignam, le manioc, les carottes sont d’ailleurs plus sucrés au goût et se digèrent plus rapidement.

À toi de tester pour voir si ça te convient.

Dans le second cas, cela va te demander beaucoup d’investissement personnel mais le jeu peut en valoir la chandelle, surtout si tu es malade (diabète de type 2 , obésité, par exemple). Là je te parle de couper les glucides et de ne consommer que ceux présents dans le légumes verts (pas de fruits, pas de tubercule), ce qui va t’amener à moins de 20 g de glucides nets par jour, c’est ce qu’on appelle la diète cétogène.
Tu peux d’ailleurs découvrir ce que c’est dans mes deux articles :

&

Personnellement j’ai testé les deux et adoré les deux modes de fonctionnement.

En conclusion, faire des généralités est impossible, chacun doit adapter sa consommation de céréales à son propre cas.

Néanmoins, il faut se poser les bonnes questions :

  1. Suis-je plein d’énergie actuellement ?
  2. Quel est mon niveau de vitalité ?
  3. Comment me sens-je après avoir manger des céréales ?
  4. Est-ce que concevoir de couper les céréales me semble insurmontable ?
  5. Est-ce que je suis victime de fringales avec des envies de sucre irrépressible ?
  6. Mon ventre est-il plaqué ou rebondi ?
  7. Est-ce que je prends du poids régulièrement même en faisant attention ?
  8. Comment est ma glycémie ? Suis-je en pré-diabète ?
  9. Ai-je une pathologie de foie gras ?

etc…

Si tu te sens perdu par rapport à tout cela, alors n’hésites pas à t’offrir l’accompagnement d’un coach confirmé en nutrition qui sauras t’écouter et ne pratiquera pas de dogme.

L’important est de trouver ce qui fait TON bien-être alimentaire et non pas d’essayer de rentrer dans des cases.

 

(Visited 28 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.


%d blogueurs aiment cette page :